Rachilde et le Mercure de France

Home/Monuments, Personnages/Rachilde et le Mercure de France

Rachilde et le Mercure de France

Née dans le Périgord en 1860, élevée en garçon par un père officier de cavalerie, Marguerite Eymery écrit le soir en cachette et envoie sous pseudonyme ses textes à l’Echo de la Dordogne. Rescapée de fiançailles prématurées, puis de deux ans de couvent, elle arrive à Paris à 18 ans, bien décidée à vivre de sa plume. Excellente cavalière, experte au pistolet et à l’épée, elle adopte alors l’habit masculin et se prend au jeu au point de se faire graver des cartes au nom de « Rachilde, homme de lettres ». En 1884, la publication de « Monsieur Vénus » fait scandale et lui apporte la célébrité. Dans son petit salon de la rue des Ecoles, elle reçoit toute la bohème littéraire, de Verlaine à Barrès, qui la surnomme « mademoiselle Baudelaire ». Auteur prolifique, elle est aussi d’une grande perspicacité critique ; lorsqu’elle épouse Alfred Vallette, la même année 1890 voit la naissance de leur fille unique et celle du Mercure de France, rue de l’Echaudé. Ils emménagent ici peu après, et le succès de ses mardis, le « Guignol Rachilde » selon le mot féroce de Léautaud, marque l’apogée de son influence et de son prestige. Elle n’en meurt pas moins oubliée de tous, à 93 ans, en 1953. 

About the Author:

Passionné de ces petites histoires qui font la grande, j'ai conçu ce site pour partager avec le plus grand nombre cette passion.

Leave A Comment