L’invention des fiacres

Home/Monuments, Personnages/L’invention des fiacres

L’invention des fiacres

Vers 1612 un facteur du maître des coches d’Amiens, Nicolas Sauvage, loua ici une grande maison, à l’enseigne de saint Fiacre, ce carme déchaussé qui avait prédit à Anne d’Autriche la naissance d’un fils. La vénération qu’on lui portait était si grande que tous les cochers collèrent sur leurs voitures l’effigie du bien heureux, comme garantie contre les accidents. Et depuis ce temps, les carrosses de louage s’appellent des fiacres. A la veille de la Révolution, il y en a environ 800, répartis en 33 stations, plus de 650 carrosses de remise. Les cochers ont une réputation détestable, et la préfecture de police tente d’exercer sur eux un contrôle très strict : chaque voiture doit posséder son numéro, acheté fort cher à la Ville, son livret de maître et son permis de station et de circulation. A son apogée vers 1900, le fiacre à cheval connaît ensuite un déclin rapide, concurrencé par le véhicule à traction automobile, vite dénommé « taxauto » puis « taxi », par abréviation de taximètre (Larousse, 1906). 

About the Author:

Passionné de ces petites histoires qui font la grande, j'ai conçu ce site pour partager avec le plus grand nombre cette passion.

Leave A Comment