Les appellations anciennes de la rue d’arras, baptisée « des Murs » au XIIIe siècle, « des Murs près le Champ-Gaillard » au XVIe puis « des Murs dite du Puits d’Arras » au XVIIe, attestent bien de la présence ici du rempart de Philippe-Auguste, édifié dans le dessein d’agrandir la ville et d’inciter ses habitants à construire, à une époque où la rive gauche est encore couverte de vignes. Le chroniqueur et chapelain du roi Guillaume le Breton témoigne : « Philippe le roi magnanime entoura tout Paris dans une enceinte de la partie méridionale jusqu’à la Seine des deux côtés, afin que toute la cité paraisse remplie d’habitations jusqu’aux murs. Merveilleuse et louable justice du prince ! Rien qu’en vertu du droit écrit il eût pu élever des murs et des fossés sur le terrain d’autrui pour l’utilité publique du royaume, préférant cependant l’équité au droit strict, il indemnisa sur son trésor les propriétaires pour les dommages qu’il causait ».