Pour alimenter les pièces d’eau de son palais du Luxembourg, mais aussi pour donner de l’eau potable aux habitants de la rive gauche, Marie de Médicis fit construite entre 1619 et 1923, depuis le bassin de Rungis, un aqueduc sur le tracé d’un ancien ouvrage romain. Il était plus court (13 km au lieu de 16), mais permettait de fournir en eau de source une partie de Paris qui ne disposait jusqu’alors que des eaux de la Seine, et de puits empoisonnés par les suintements des fosses d’aisance. La construction du principal regard, appelé pavillon des Fontainiers (ingénieurs des eaux) a été successivement attribuée aux architectes Salomon de Brosse et Louis Metezeau, puis l’hydraulicien Thomas Francine. Il était destiné au logement du fontainier, au-dessus d’un réservoir de régulation et de redistribution porté en 1845 à une surface de 1000 mètres carrés sous voûte surbaissée. Ce réseau d’eau a cessé de servir en 1875, mais le bassin existe encore.