Ce bâtiment, siège de la Préfecture de Police, a été, le samedi 19 août 1944, le lieu du déclenchement de l’insurrection des Parisiens contre l’armée d’occupation allemande à l’initiative des mouvements de résistance de la police. Pendant plusieurs jours, des combats meurtriers se déroulèrent autour de cet immeuble et dans les rues de Paris où policiers, sapeurs-pompiers et gardes républicains, avec leurs camarades FFI et FTP, combattent l’occupant. 167 policiers perdent la vie lors de ces combats. Alors que la révolte est au bord de l’asphyxie, un appel à la résistance parisienne est lancé, dès le 23 août, auprès du commandement allié pour aider le soulèvement parisien. Sur ordre du général Eisenhower, commandant suprême des forces alliées, et à la demande expresse du général de Gaulle, le général Leclerc, commandant de la 2ème DB, marche sur Paris. Le 24 août, il adresse un message, largué par avion, aux insurgés : « Tenez bon, nous arrivons ». Dans la soirée du 24 août et au matin du 25, la 2ème DB entre dans Paris, le général Leclerc arrive à la Préfecture de police déjà libérée. A 15h30, le général von Choltitz, commandant du « Gross Paris », se rend à la préfecture de Police où il signe la convention de reddition des forces allemandes de Paris avec le général de division Leclerc en présence de MM. Chaban-Delmas, Rol-Tanguy et Kriegel-Valrimont, représentant la Résistance. Cet acte de capitulation est rendu public en fin d’après-midi à la gare Montparnasse devant une foule enthousiaste. Par leur action, leur courage et leur sacrifice, les hommes et les femmes de la Résistance ont facilité la progression des éléments de la 2ème DB et de la 4ème division d’infanterie américaine pour la libération de la Capitale.