Sélectionner une page

L’endroit fut loti dès 1260. Résidence du panetier de Philippe le Bel au XIVe siècle, puis du duc de Bar, l’hôtel et racheté en 1586 par Jacques Faye d’Espesse à François de Bourbon, duc de Montpensier. En 1643, François-Théodore de Nesmond, président au Parlement de Paris, lui donne son aspect actuel. Sa bru, fille de Madame de Miramion, était assez vaniteuse pour faire graver son nom sur sa porte cochère. Saint-Simon le signale dans ses « Mémoires » : « On en rit, on s’en scandalisé, mais l’écriteau est devenu l’exemple de ceux qui ont peu à peu inondé Paris ». Passé au XVIIIe siècle à Michel Blondy, célèbre maître de danse, l’hôtel fut au XIXe siècle le siège d’une distillerie d’absinthe qui le dénatura.