Seul vestige des huit édifices religieux qui jalonnaient la rue Saint-Denis, Saint-Leu-Saint-Gilles date de 1235 pour ses parties les plus anciennes. Partiellement reconstruite en 1320, elle fut profondément remaniée en 1611, agrandie en 1727 et dotée en 1780 d’une chapelle souterraine réservée aux chevaliers du Saint-Sépulcre dont la chapelle, au numéro 60 de la rue, fut détruite vers 1795. Restaurée en 1849, l’église perd les trois chapelles de son abside lors du percement du boulevard de Sébastopol, et Baltard la flanque alors d’une série de bâtiments neufs qui achèvent de la dénaturer.