La première caserne de la Nouvelle-France fut achevée en 1773 par l’architecte-entrepreneur Claude-Martin Goupy pour les gardes-françaises, rebaptisées gardes-nationaux à la Révolution. Une légende sans fondement affirme qu’elle aurait hébergé Bernadotte, futur maréchal de France, puis roi de Suède sous le nom de Charles XIV. Cette caserne abrita des troupes d’infanterie jusqu’en 1914, et, après cette date, la garde républicaine qui l’occupe toujours. Vers 1930, elle fut détruite pour vétusté, et reconstruite par l’architecte Boegner. Les trophées d’armes de la porte d’entrée, adossés au pignon de la maison voisine, ont été conservés.