Près de la petite barrière du Maine s’étaient installées à la fin du XVIIIe siècle des guinguettes qui offraient, en dehors des limites du Paris d’alors, du vin meilleur marché et souvent de qualité supérieure à celui que l’on buvait intra-muros. Au cours du XIXe siècle, ces guinguettes se transformèrent en bals et cabarets où chanteurs, danseurs, mimes et acteurs venaient, pour le plaisir des Parisiens en goguette, faire un numéro payé par un bon repas ou quelques bouteilles. Alors que disparaissaient certaines salles de spectacles de Montparnasse, le Café d’Edgar lançait en 1793 la formule du café-théâtre, inspirée de cette tradition née aux barrières de Paris, avec des spectacles irrévérencieusement drôles où se sont parfois révélées de grandes vedettes.