Né près de Lyon en 1775, André-Marie Ampère est professeur d’analyse à l’Ecole polytechnique depuis 1809 lorsqu’il assiste à l’expérience d’Oersted sur la déviation de l’aiguille aimantée par un courant électrique : il en construit la théorie en quelques jours et pose ainsi les bases de l’électrodynamique. Dès 1821, il émet l’hypothèse que les molécules des corps sont l’objet de « courants particulaires » dirigeables par l’aimantation. Il invente aussi le galvanomètre et le premier télégraphe électrique. Membre de l’Académie des Sciences en 1814, il est élu à la chaire de physique du Collège de France en 1824. Entre 1818 et sa mort, en 1836, Ampère habite cette maison, qui lui sert également de laboratoire.